-A +A

Le Château de Hautefort

Joyau du Périgord

Partez à la découverte de l'un des plus beaux joyaux du Périgord...

Le Château de Hautefort, Joyau du Périgord

Par son classicisme, Hautefort ressemble plus à un château de la Loire qu’aux châteaux forts de la région. Son imposante et majestueuse silhouette n’est que le reflet du rang et de la puissance des seigneurs de Hautefort.

Du Moyen Age à l'âge d'or des Marquis de Hautefort

  • Le premier propriétaire des lieux est Guy de Lastours aux environs de l’an mille. Gouffier de Lastours, un de ses descendants, est semble-t-il l’un des trente chevaliers qui entrèrent en 1099 dans Jérusalem aux côtés de Godefroy de Bouillon. 
  • Au 12ème siècle, par alliance, la forteresse médiévale composée d'un donjon et de plusieurs tours et remparts appartient à la famille de du célèbre troubadour Bertran de Born.
  • A partir du 16ème, la forteresse se transforme progressivement en demeure de plaisance. Le château abandonne alors progressivement ses fonctions défensives pour devenir un château « à la moderne ».

Du 18ème au 20ème siècle : des incertitudes et du déclin à la renaissance

  • En 1792, le Château et la famille sont protégés de la destuction par les habitants. Le château, utilisé comme « prison pour suspects » de 1793 à 1795, est sauvé de toute destruction.
  • La famille demeure propriétaire des lieux jusqu’à la fin du 19ème siècle. Le château est ensuite vendu en 1890 à un riche industriel, Bertrand Artigues. Après son décès en 1908 sans postérité, le château connaît une période de déclin vers la vétusté...
  • En 1929, un coup de foudre va sauver Hautefort, avec l’arrivée du baron Henry de Bastard et de sa femme Simone. Ils redonnent vie à la demeure et à ses jardins. Seule après le décès de son époux en 1957, la baronne termine les travaux et s’installe au château en 1965. Elle assiste, impuissante, à l’incendie qui ravage le corps de logis du château dans la nuit du 30 au 31 août 1968.
  • Dès le lendemain, la baronne de Bastard décide de restaurer à nouveau son château. Emus par sa passion et sa détermination, tous se mobilisent pour l’aider et l’encourager, depuis les habitants du village jusqu’à des personnalités de l’époque, telles que Pierre de Lagarde ou André Malraux, autant de nouveaux passionnés, anonymes ou connus, qui ont participé à la sauvegarde d’un des plus prestigieux monuments du sud-ouest de la France.

Les jardins du Château de Hautefort

Dès le 17ème siècle, il existait des jardins à la française à Hautefort. Mais ces derniers ont été réaménagés au cours des siècles suivants pour laisser place à ceux que nous admirons aujourd’hui.

Les jardins à la française

En 1853, le comte de Choulot réalise à Hautefort un plan ambitieux qui répond à son souci d’intégrer le château, les jardins, le parc et le paysage environnant dans un ensemble cohérent et précieux. 

La transformation du jardin se poursuit au 20ème siècle avec le baron et la baronne de Bastard, principalement de 1950 à 1980. Sur l’esplanade, une galerie de verdure en thuya du Canada, doublée par un parterre de buis vient remplacer les anciens communs. Le gazon et les fleurs laissent place au buis et à l’art topiaire (l’art de sculpter les végétaux). La terrasse située au nord, est également plantée de buis taillés, alternant avec des ifs en colonne. Disposés sur des terrasses autour du château, les jardins à la française forment un écrin de verdure, propice à une promenade inoubliable.

Le parc à l’anglaise

Ce parc, composé d’allées sinueuses, dégageait des vues variées sur le paysage environnant et le château. Les constructions attenantes étaient dissimulées par des plantations de conifères. Ces jardins sont une des grandes contributions de la baronne de Bastard au sauvetage du château de Hautefort, et ils participent, aujourd’hui encore, à la renommée du domaine et au plaisir de sa visite.

Le Château de Hautefort - premier château eco-labelisé de France

En 2016 le château de Hautefort en obtenant le label NF Environnement Site de visite est devenu le premier château éco-labellisé de France.

Tout au long de la visite vous sont présentées des actions en faveur du développement durable. Plusieurs actions et ateliers permettent de mesurer l'engagement du Château : un potager expérimental est composé de plantes et légumes anciens, un atelier bouturage est proposé.… 

Infos pratiques


Fermeture annuelle : DU 12 NOVEMBRE AU 29 FÉVRIER.

Pour les horaires de visite, la billetterie ferme ses portes 30 mn avant la fermeture du château.
Les jardins demeurent ouverts jusqu’à la tombée de la nuit pour les visiteurs déjà présents dans l’enceinte du domaine.

Le rez-de-chaussée du château (appartements meublés), la chapelle, la cour d’honneur surplombant les massifs de buis, les jardins et le parc ainsi que la salle de vidéoprojection, les espaces d’expositions et la boutique sont accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Pour en savoir plus